Home Histoire et Projets

Histoire du centre pédiatrique Kimbondo

 

Située dans un magnifique havre de paix à quelques kilomètres de la trépidante ville de Kinshasa (en République Démocratique du Congo), la Pédiatrie de Kimbondo s’étend aujourd’hui sur quelques hectares au sommet d’une splendide vallée, au milieu d’une nature verdoyante et pleine de richesses.

La merveilleuse histoire de cette fondation a débuté en 1989 quand Padre Hugo Rios Diaz de la Communauté des Missionnaires Clarétains (médecin pédiatre d’origine chilienne) et le Docteur Laura Perna (professeur d’université à la retraite), deux âmes d’une grande bonté, ont décidé de fonder une simple structure d’accueil pour les enfants malades.  Partis de rien mais portés par leur immense générosité et le rêve d’offrir à tous des soins gratuits, il n’y avait au début qu’une petite construction.  A force de persévérance, de lutte et d’espoir, la Pédiatrie a pu s’agrandir de jour en jour, pour aujourd’hui se répartir en plusieurs pavillons : les soins généraux, la cardiologie, la tuberculose, un laboratoire et un service de radiologie, un service pour les urgences (incluant une pièce pour les transfusions sanguines), une buanderie et une maison pour accueillir les volontaires.

Très vite l’hôpital est devenu un véritable refuge pour tous et accueille des patients atteints de toutes sortes de maladies : citons les plus fréquentes mais aussi malheureusement celles qui ont un taux de mortalité sans cesse croissant : VIH Sida, malaria, tuberculose, malnutrition, syndrômes en tout genre, maladies cardio vasculaires, ...

La structure de Kimbondo est l’unique structure en RDC à offrir aux malades à la fois, un logement, des soins, de la nourriture, l’accès à l’éducation et tout cela complètement gratuitement.  Elle accueille non seulement les enfants malades (de 0 à 18 ans) mais aussi et très souvent leurs pères et mères, eux aussi malades.

Il faut malheureusement constater que malgré tous les efforts réalisés et tous les moyens mis en œuvre pour sauver des vies, le taux de mortalité à la pédiatrie reste encore beaucoup trop élevé.

Au-delà des malades, la Pédiatrie est une des rares structures d’accueil pour les enfants atteints de maladies mentales ou lourdement handicapés (physiquement ou mentalement).  Elle engage pour ce faire un propre staff de personnes compétentes (kinésithérapeutes, médecins, infirmières, …) afin d’apporter les soins les plus appropriés aux enfants.

Apparition d’un nouveau phénomène… l’abandon

Mais au-delà de la Pédiatrie, la Fondation de Kimbondo s’est aussi transformée au fil du temps, tenant compte de la cruelle réalité vécue par ce pays, en un orphelinat.  Frappés par le nombre d’enfants ayant perdu leurs parents ou par le fléau grandissant de l’abandon, Padre Hugo et Laura Perna ont étendu leurs activités à l’accueil d’enfants orphelins ou abandonnés.  Dans ce pays de souffrance, on abandonne aujourd’hui plus que jamais des petits êtres magnifiques, sous prétexte d’une maladie quelconque, invoquant que l’enfant est sorcier (phénomène des enfants sorciers dits « shégués » très répandu en RDC), ou que l’on ne dispose pas des moyens suffisants pour éduquer un Xième enfant, les jeunes filles violées ou qui se prostituent pour survivre, se retrouvent enceintes et ne savent que faire de leur bambin et les jettent à la rue… telle est la cruelle réalité de Kinshasa.

La fondation accueille depuis des années maintenant tous ces enfants en dérive ou trop petits pour se prendre en charge, elle leur offre l’hébergement, les soins, de quoi manger, l’accès à l’école, tout cela avec ses trop maigres moyens.

Après une constante recherche de fonds permettant de garantir chaque nouveau projet, la Pédiatrie est désormais prête à démarrer un projet dont l'objectif serait d'accompagner les enfants et les jeunes tout au long de leur parcours de croissance psychologique, sociale et affective, et de les guider tant qu'ils ne seront pas devenus des adultes responsables et capables de vivre dignement hors de la Pédiatrie.

Les enfants bien que nourris, souffrent pour la plupart de malnutrition car il est impossible d’offrir un repas équilibré au nombre sans cesse croissant d’enfants (à la date du 15 mars 2011, plus de 700).  En période de fortes chaleurs, la déshydratation fait des ravages. 

Entourés de l’amour et de toute la tendresse de Padre Hugo, de Maman Coco (Laura Perna) et des volontaires, ces enfants souffrent d’un mal évident : l’absence de parents et le terrible sentiment d’abandon.  Tout est mis en œuvre pour les aider à se reconstruire et à évoluer.  Aujourd’hui, grâce à l’aide de tous, ces enfants sont en droit de rêver à un meilleur futur.

 

Pédiatrie de Kimbondo : Structure

 

 

Aujourd’hui, la Fondation Pédiatrique de Kimbondo se compose de plusieurs pavillons que nous répartissons pour une meilleure compréhension en quatre catégories :

1. Le pavillon médical composé :

  • d’un hôpital de jour qui traite tous les cas urgents ou non de médecine générale (malaria, maladies infectieuses, tuberculose, sida, méningite, cancer, …),
  • de la chambre 10 : unité de soins intensifs,
  • d'un pavillon pour la cardiologie,
  • d'un pavillon pour la tuberculose pulmonaire et osseuse
  • d'un pavillon de radiologie et de laboratoire,
  • d'un pavillon de la cardiologie, de la petite chirurgie avec une salle de transfusion,
  • d'un nouveau bloc de transfusion,
  • un service de soins dentaires,
  • d’une pharmacie,
  • de la morgue.

Ces pavillons offrent 200 lits pour le traitement à long terme, par exemple pour les patients atteints de tuberculose ou de troubles cardiaques.

 

2. Le pavillon des orphelins composé :

o   de la néo-natologie qui accueille les tous petits (de 0 à environ 5 ans), Leur nombre avoisine la centaine de petits bouts,

o   de la casa Patrick où sont pris en charge toutes les pathologies lourdes (handicaps mentaux ou physiques, enfants atteints du sida, …) qui accueille aussi une centaine d'enfants,

o   du foyer de la Paix qui accueille les enfants de 5 à 16 ans (filles et garçons),

o  de Nzimbi où se retrouvent plusieurs jeunes de 6 à 16 ans.  Aujourd'hui 3 soeurs de la Croix de Strasbourg encadrent ces enfants avec affection dans le respect des valeurs de notre société,

o   de Boboto, Bondeko et depuis peu de la maison Maman Betty, pavillons qui accueillent les enfants à l'aube de l'adolescence et les adolescents.


3. Les autres pavillons parmi lesquels :

o   l’accueil,

o   le pavillon de Maman Coco,

o   la buanderie où Maman Betty s’activait jusqu’il y a peu à réparer et à confectionner des vêtements.  Il a en effet plu au Seigneur de la rappeler à ses côtés,

o   la Chapelle,

o   le pavillon des volontaires,

o   le magasin où sont stockés toutes les vivres et denrées périssables ou non.


4. La Ferme de Matshuku

Son objectif est de lutter contre l’insécurité alimentaire et de garantir au maximum l’autosuffisance alimentaire des enfants malades ou orphelins.  On y cultive divers fruits et légumes : amarantes doux, oseille, chaux de chine, aubergines, tomates, carottes, …

Au-delà de l’agriculture, la ferme comprend une zone avicole où sont confinées des poules de ponte de la race RIR.

Enfin, la ferme prône l’élevage de porcs et de poissons.  La ferme comprennait 7 étangs piscicoles modernes avec des poissons de race tilapia nilotique et clarias.  Malheureusement en raison de l'importante érosion, des dégats énormes ont eu lieu fin 2010, début 2011.  Aujourd'hui, il n'y a plus aucun poisson et il faudra du temps pour reconstruire ce qui a été perdu.

La pédiatrie a fait l'acquisition de 1200 hectares de terres à Kinta (150 kms de Kimbondo) où l'on a débuté la culture du manioc, des haricots, de fruits divers et de palmiers, ... le but final étant de générer des rentrées d'argent afin d'aider la pédiatrie à survivre.  En outre, certains jeunes de Kimbondo pourront apprendre à Kinta le métier d'agriculteur et d'éleveur de bétail.

5. Le Complexe scolaire Saint Claret

Au-delà de ces pavillons et depuis septembre 2009, la Fondation dispose de sa propre école dite « Complexe scolaire Saint Claret » où l’on retrouve aujourd'hui deux classes maternelles,  six classes primaires et quatre classes de secondaire (pédagogie et scientifique), trois classes techniques (menuiserie, agriculture, horticulture, pisciculture, couture, …).

Depuis peu de temps, les enfants souffrant d'un handicap mental ou physique mais ayant la capacité de suivre des cours, se rendent dans une classe spécialisée au sein du Complexe Saint Claret où ils ont le bonheur d'apprendre et de s'épanouir.

 

Pédiatrie de Kimbondo : les chiffres

 

- La Fondation c’est plus de 150 personnes qui se relayent chaque jour pour apporter soins et attentions aux enfants malades ou abandonnés (médecins, infirmières, kiné, filles de salle, chauffeurs, agents de sécurité, nettoyeurs, cuisiniers, magasiniers, comptable, gestionnaire du personnel, …).

- La Pédiatrie comptait quelques 600 enfants de 0 à 20 ans à la date du 1 janvier 2010.  Chiffre qui ne cesse d'augmenter depuis...

- La nouvelle école offre des cours à plus de 400 enfants qui ont dès lors le droit à l’éducation de la maternelle à l’apprentissage de métiers comme la menuiserie, l’agriculture, la pisciculture, la couture, ... Aujourd'hui les enfants handicapés bénéficient aussi de la chance d'aller à l'école et un profession expérimenté pour faire face à leurs difficultés a été recruté.

- Mais c’est aussi un coût de 10 $ par élève par mois pour financer le salaire des professeurs et les frais directs de fonctionnement de l’école.

- Viennent s’ajouter à ces frais les inscriptions à l’école supérieure pour les adolescents de minimum 100 $ par trimestre pour chaque enfant.

- La Pédiatrie c’est en moyenne 5 entrées par jour à l’hôpital.

- Et c’est encore 4 groupes électrogènes pour faire fonctionner le courant durant les bien trop nombreuses coupures d’électricité qui génèrent par jour plus de 400 $ de dépense en carburant.

- Chaque mois il convient de trouver les fonds pour rétribuer le personnel.

- ...

 


 

Pédiatrie de Kimbondo : les projets

Depuis plusieurs années maintenant, Padre Hugo, en collaboration avec des hôpitaux italiens, organise le rapatriement d’enfants en Italie pour y subir des interventions lourdes.  La Fondation prend en charge les frais relatifs à leur transport jusqu’en Italie (visa et autres formalités, vol, …) et Padre Hugo accompagne les enfants jusqu’à l’hôpital où l’intervention aura lieu. Une fois arrivés sur place, les enfants sont entièrement pris en charge par les hôpitaux qui réaliseront l’opération.  Des familles d’accueil s’occupent de l’accueil des enfants, de leur encadrement et de leur prise en charge durant leur convalescence.  Les opérations sont tellement lourdes que les enfants restent en moyenne six mois en Italie.  Padre Hugo retourne en Italie chercher les enfants une fois que ceux-ci sont en état de revenir avec un cœur tout neuf !

De plus en plus Padre Hugo tente de sensibiliser ses enfants à la nécessité pour eux d’apprendre un métier.  Pour ce faire, il a créé au sein de l’école un atelier de menuiserie où du matériel de haute qualité est mis à la disposition des élèves.  Ils apprennent actuellement à réaliser des portes et fenêtres qui viendront sur le bâtiment de Nzimbi où se trouvent les chambres des adolescents.   Il serait bien à l’avenir que les enfants puissent construire eux-mêmes leurs bancs d’école qui manquent aujourd’hui cruellement.

Des machines à coudre sont également mises à la disposition des filles pour apprendre à faire des vêtements ou autres confections (sacs, portes mouchoirs, portes gsm, …).

A terme, un projet pourrait voir le jour qui permettrait à la Fondation de vendre la production de l’école tant en menuiserie qu’en couture à des prix concurrentiels.  Les bénéficies permettant de racheter du matériel de base pour leurs confections.

Concernant les enfants handicapés, de nombreux progrès ont été réalisés.  Un programme de développement a été rédigé qui prévoit d'adapter la structure au nombre toujours croissant de pensionnaires : les locaux ont été restructurés, le personnel mieux sélectionné afin d'avoir une approche sociale et éducative la plus adaptée possible.  Plus que tous les autres, ces enfants ont besoin d'amour, de soutien et de soins appropriés.

Padre Hugo insiste aussi sur la nécessité d'apprendre à vivre en autonomie maximum et de nombreuses actions sont entreprises en ce sens via la pisciculture, l’élevage et l’agriculture.  Aujourd’hui des élèves apprennent à cultiver de nombreux fruits (papaye, maracuja, mangues, …) et légumes (avocats, courgettes, salades, tomates, aubergines, manioc, …).  Un élevage de cochons a été créé sur le site de Matshuku où des dizaines de cochons sont nourris et amenés à la reproduction.  De même, divers points d’eau ont été aménagés afin de permettre l’élevage de poissons au sein même de la fondation (le tilapia essentiellement à ce jour).

Malheureusement la fin de l'année 2010 et le début 2011 ont été catastrophiques pour la Pédiatrie.  En effet des pluies torrentielles ont provoqué une terrible érosion et un éboulement de terre.  Les cultures ont été détruites, les poissons piégés dans la boue, les cochons, poules et chèvres sont très peu à avoir survécu.  Ce fût un choc terrible pour la Pédiatrie qui a tout perdu.

Confiant en la vie, Padre a décidé de ne pas en rester là : il a en effet acheté plus de 1200 hectares de terre à environ 150 kms de Kimbondo, à Kinta (terres plus fertiles et moins sujettes à l'érosion) en vue de privilégier la culture et de générer des rentrées d'argent pour la pédiatrie.  Comme phase de démarrage, 17 hectares sont cultivés aujourd'hui avec du manioc, des palmiers pour la récolte d'huile de palme et la plantation de mangoustier pour la récolte de ses délicieux fruits riches en vitamines.

De plus, la Fondation a acheté quelques 86 vaches qui aujourd'hui sont élevées à quelques kms de la pédiatrie dans un endroit abrité de l'érosion.  L'objectif à terme serait d'avoir 600 têtes de bétail.

La réussite de tous ces projets serait que le centre puisse vivre en autarcie complète d’un point de vue alimentaire.

 

Toujours dans ce même souci d’autonomie, Padre Hugo a fait construire en son temps un système de pompe permettant de faire remonter l’eau d’une source vers l’ensemble de ces infrastructures.  Il est évident que cela à nécessité un coût de base énorme et suscite encore beaucoup de soucis notamment en raison des problèmes d’électricité et des nombreux accidents dus à la foudre (qui a déjà fait pas mal de dégâts au sein de l’infrastructure).  Ce mécanisme ne peut fonctionner sans l’assistance d’un groupe électrogène puissant.  Aujourd’hui des projets visant à permettre une meilleure récolte de l’eau ont été réalisés : un puit a été construit afin d'avoir en tout temps de l'eau potable à disposition. 

Un problème majeur subsiste : l’absence d’eau potable dans la majorité des pavillons où les enfants vivent.  Vu les fortes chaleurs, bon nombre d’enfants souffrent de déshydratation.  Il est primordial et urgent de réfléchir au développement d’un projet visant à offrir de l’eau potable à chaque enfant…

Grâce à une énorme mobilisation en Italie, un nouveau projet a vu le jour : la construction d’un nouveau centre de transfusion qui permet à la fondation de devenir le centre de référence pour la zone de santé Mont Ngafula. Il faut savoir que la malaria notamment est une maladie qui nécessite bien souvent une transfusion sanguine.  Or la poche de sang est plus qu'onéreuse dans ce pays.  Padre souhaite donc que la Pédiatrie devienne un véritable centre de prélèvement et de transfusion ce qui permettra de sauver de nombreuses vies.  La recherche de donneurs reste fondamentale.

Padre Hugo souhaite également construire un pavillon chirurgical pour les cas graves et urgents couplés d’un centre de soins intensifs.

 

Pédiatrie de Kimbondo : notre survie

 

Depuis 2002, la Fondation est officiellement reconnue par le Gouvernement de la RDC, qui ne la soutient cependant pas financièrement.

La Pédiatrie survit au jour le jour suspendue à un fil, grâce au dévouement et aux dons privés de quelques uns mais elle manque désespérément d’un soutien solide et durable à la fois du Gouvernement mais aussi d’autres institutions. Malheureusement la Fondation ne possède pas de fonds structurels qui lui permettent de fonctionner correctement.

Aujourd’hui, plus que jamais, la pédiatrie  qui ne cesse de s’agrandir a besoin d’aide.  De multiples projets sont en cours afin d’apporter des solutions aux nombreux problèmes que rencontrent la Fondation.

Citons par exemple :

- Depuis 2003, la Fondation est assistée dans sa lourde tâche par des bénévoles de l’association Médecins sans Vacances qui envoie chaque année des volontaires (médecins, infirmiers, thérapeutes, …) pour soigner les enfants mais aussi pour enseigner de nouvelles techniques au personnel ;

- Un projet est en cours afin de trouver une solution au problème incessant des coupures d’électricité (qui génère un coût énorme en carburant afin de faire tourner le groupe électrogène indispensable au bon fonctionnement des services médicaux).  A la date du 15 mars 2011, il semble que l'organisme qui s'était engagé à aider le centre n'a plus donné signe de vie !  Il est impératif de trouver d'autres personnes ayant la volonté d'aider le centre et ayant le potentiel en la matière !   Et pourquoi ne pas essayer d’installer des panneaux solaires ?

- Des volontaires de tous horizons viennent partager de leur temps, de leur énergie, de leur créativité  mais aussi de leur affection avec les enfants ;

- En 2009, l’asbl Clown Sans Frontière venait tous les samedis à la pédiatrie dans le but d’apporter un peu de distraction aux enfants : spectacles de clown pour les plus petits, cours de danse pour les filles et cours de théâtre pour les ainés.  Il semble aujourd'hui aussi que ce projet soit tombé à l'eau faute de rémunération !

- Des expatriés vivant à Kinshasa et ayant un grand cœur viennent le plus souvent possible rendre visite aux enfants et ont par exemple pu aménager un terrain de foot où tous les adolescents prennent un réel plaisir à venir se défouler.  Un match a même été organisé lors de la fête des 50 ans de l’Indépendance ;

- L’association Kin’elle a déjà développé plusieurs projets en vue d’aider la Fondation : « Opération chaussures », soirée de Nouvel An à Bruxelles, marche « parrainée » à Kinshasa, …

 

Il est évident que les frais de fonctionnement d’une telle structure sont énormes.  Comme vous pouvez le lire, des initiatives sont développées afin de générer quelques recettes au sein de la Pédiatrie et de faire en sorte que celle-ci puisse s’autosuffire au maximum… mais le défi est loin d’être gagné !

 

Nous avons besoin de vous, de votre générosité !

 

Comment aider la Pédiatrie de Kimbondo

 

Vous pouvez nous aider facilement, par exemple en renonçant à acheter un xème jouet à votre enfant, en décidant de ne pas acheter cette nème paire de chaussures, ou en décidant tout simplement de faire quelque chose de bien, un geste d’amour… et versez cet argent sur le compte de la Fondation HUB FOR KIMBONDO… le sourire que vous aurez en retour vous comblera de joie !  Je vous invite pour ce faire à vous rendre sur le site www.agapeonlus.it et à appuyer sur le bouton "Dona ora". Vous accéderez directement à une fiche de versement sécurisé.

Quelle plus grande satisfaction pour chacun de vous, petits et grands, que de savoir que vous avez offert la chance à un enfant de vivre et d’entrevoir l’avenir avec espoir.  Nous sommes tous unis dans un même monde et c’est ça qui peut faire notre force.

Toutes vos idées sont les bienvenues via la rubrique "Nous contacter".  N'hésitez pas à nous faire part de vos commentaires, de vos remarques mais aussi de vos idées dans le but d’aider à améliorer le quoditien de ces enfants.

Si certains d'entre vous disposent de temps et de la volonté de partager ce temps avec les enfants, il est toujours possible de venir rejoindre les enfants pour quelques jours, quelques mois au sein de la Pédiatrie.  N'hésitez pas à prendre contact avec nous afin de discuter de la possibilité d'un tel voyage.  Suite à l'accroissement de la Pédiatrie et par conséquent des besoins de celle-ci, Padre Hugo a eu recours à la collaboration d'associations italiennes et étrangères.  Depuis le 26 janvier 2012, toutes les personnes ou associations qui soutiennent la Pédiatrie ont été groupées en une association de coordination nommée HUB FOR KIMBONDO.  Je ne manquerai pas de vous mettre en contact avec les responsables de cette association si vous souhaitez aider concrètement la mission par un don quelconque ou une visite en tant que bénévole.

 

Chaque fois que l’obscurité tombe sur les collines qui entourent Kimbondo, les enfants qui vivent ici et qui, dormant dans leur lit de fortune combattent une guerre tellement injuste juste pour voir un nouveau lever de soleil, rêvent que quelqu’un, quelque part à ce moment très précis, pense à eux (Padre Hugo).

 

Pédiatrie de Kimbondo : Informations pratiques

 

Fondateurs :

Docteur Laura Perna  - médecin directeur - professeur d'Université à la retraite

Padre Hugo Rios Diaz – médecin pédiatre de la Communauté des missionnaires Clarétains

Statut :

La Fondation a vu le jour en 1989.  Depuis le 22 juin 2002 celle-ci s’est vu attribuer une personnalité juridique et est reconnue comme une fondation de droit congolais sous la dénomination de « Fondation Pédiatrique de Kimobondo » en signe F.P.K par Arrêté ministériel n° 128/CAB/MIN/J&GS/2002 du 22 juin 2002 publié dans le Journal Officiel de la RDC n° 14 du 15 juillet 2002.

Quant à l’autorisation de son fonctionnement en tant que formation médicale, elle a été délivrée le 5 mai 2000 par le Ministre de la Santé publique et porte le numéro DS/125/22/027. Comme fondation à caractère social et caritatif, l'autorisation de fonctionnement lui a été délivrée par la Division Urbaine des Affaires sociales le 27 septembre 2001, sous le numéro 01/DUAS/B.2/573/3/01.

La Fondation Pédiatrique de Kimbondo a une personnalité juridique et est reconnue comme une Fondation de droit congolais sous la dénomination « Fondation Pédiatrique de Kimbondo » en sigle F.P.K par Arrêté Ministériel n°128/CAB/MIN/J&GS/2002 du 22 juin 2002 publié dans le Journal Officiel de la RDC n°14 du 15 juillet 2002.

Situation géographique :

La pédiatrie se trouve à Mont Ngafula, à proximité de Kinshasa centre (35 km de Kinshasa) et de l’aéroport (proximité toute relative vu les énormes embouteillages auxquels il convient de faire face au quotidien).

Objectif de la Fondation :

La Fondation Pédiatrique de Kimbondo a pour objectif « d’accueillir bénévolement les enfants malades, abandonnées, orphelins, démunis de moyens pour se faire soigner, en vue de leur apporter une assistance médicale et socio-culturelle : son but est le développement médico-social de la personne humaine ».

Groupe cible :

La Pédiatrie offre ses services :

-          aux enfants malades, démunis et abandonnés ;

-          aux personnes vulnérables ;

-          aux populations environnantes de Kinshasa et même des provinces environnantes.

Structure de la fondation

Il s'agit d'un hôpital constitué de plusieurs pavillons pour la médecine générale, la cardiologie, la tuberculose pulmonaire et osseuse, les examens de laboratoire, l'échographie, la radiologie et la transfusion, ainsi que plusieurs maisons d'accueil des enfants abandonnés et orphelins (voir présentation de la pédiatrie).