Home Histoire et Projets Histoire

Histoire

Histoire du centre pédiatrique Kimbondo

 

Située dans un magnifique havre de paix à quelques kilomètres de la trépidante ville de Kinshasa (en République Démocratique du Congo), la Pédiatrie de Kimbondo s’étend aujourd’hui sur quelques hectares au sommet d’une splendide vallée, au milieu d’une nature verdoyante et pleine de richesses.

La merveilleuse histoire de cette fondation a débuté en 1989 quand Padre Hugo Rios Diaz de la Communauté des Missionnaires Clarétains (médecin pédiatre d’origine chilienne) et le Docteur Laura Perna (professeur d’université à la retraite), deux âmes d’une grande bonté, ont décidé de fonder une simple structure d’accueil pour les enfants malades.  Partis de rien mais portés par leur immense générosité et le rêve d’offrir à tous des soins gratuits, il n’y avait au début qu’une petite construction.  A force de persévérance, de lutte et d’espoir, la Pédiatrie a pu s’agrandir de jour en jour, pour aujourd’hui se répartir en plusieurs pavillons : les soins généraux, la cardiologie, la tuberculose, un laboratoire et un service de radiologie, un service pour les urgences (incluant une pièce pour les transfusions sanguines), une buanderie et une maison pour accueillir les volontaires.

Très vite l’hôpital est devenu un véritable refuge pour tous et accueille des patients atteints de toutes sortes de maladies : citons les plus fréquentes mais aussi malheureusement celles qui ont un taux de mortalité sans cesse croissant : VIH Sida, malaria, tuberculose, malnutrition, syndrômes en tout genre, maladies cardio vasculaires, ...

La structure de Kimbondo est l’unique structure en RDC à offrir aux malades à la fois, un logement, des soins, de la nourriture, l’accès à l’éducation et tout cela complètement gratuitement.  Elle accueille non seulement les enfants malades (de 0 à 18 ans) mais aussi et très souvent leurs pères et mères, eux aussi malades.

Il faut malheureusement constater que malgré tous les efforts réalisés et tous les moyens mis en œuvre pour sauver des vies, le taux de mortalité à la pédiatrie reste encore beaucoup trop élevé.

Au-delà des malades, la Pédiatrie est une des rares structures d’accueil pour les enfants atteints de maladies mentales ou lourdement handicapés (physiquement ou mentalement).  Elle engage pour ce faire un propre staff de personnes compétentes (kinésithérapeutes, médecins, infirmières, …) afin d’apporter les soins les plus appropriés aux enfants.

Apparition d’un nouveau phénomène… l’abandon

Mais au-delà de la Pédiatrie, la Fondation de Kimbondo s’est aussi transformée au fil du temps, tenant compte de la cruelle réalité vécue par ce pays, en un orphelinat.  Frappés par le nombre d’enfants ayant perdu leurs parents ou par le fléau grandissant de l’abandon, Padre Hugo et Laura Perna ont étendu leurs activités à l’accueil d’enfants orphelins ou abandonnés.  Dans ce pays de souffrance, on abandonne aujourd’hui plus que jamais des petits êtres magnifiques, sous prétexte d’une maladie quelconque, invoquant que l’enfant est sorcier (phénomène des enfants sorciers dits « shégués » très répandu en RDC), ou que l’on ne dispose pas des moyens suffisants pour éduquer un Xième enfant, les jeunes filles violées ou qui se prostituent pour survivre, se retrouvent enceintes et ne savent que faire de leur bambin et les jettent à la rue… telle est la cruelle réalité de Kinshasa.

La fondation accueille depuis des années maintenant tous ces enfants en dérive ou trop petits pour se prendre en charge, elle leur offre l’hébergement, les soins, de quoi manger, l’accès à l’école, tout cela avec ses trop maigres moyens.

Après une constante recherche de fonds permettant de garantir chaque nouveau projet, la Pédiatrie est désormais prête à démarrer un projet dont l'objectif serait d'accompagner les enfants et les jeunes tout au long de leur parcours de croissance psychologique, sociale et affective, et de les guider tant qu'ils ne seront pas devenus des adultes responsables et capables de vivre dignement hors de la Pédiatrie.

Les enfants bien que nourris, souffrent pour la plupart de malnutrition car il est impossible d’offrir un repas équilibré au nombre sans cesse croissant d’enfants (à la date du 15 mars 2011, plus de 700).  En période de fortes chaleurs, la déshydratation fait des ravages. 

Entourés de l’amour et de toute la tendresse de Padre Hugo, de Maman Coco (Laura Perna) et des volontaires, ces enfants souffrent d’un mal évident : l’absence de parents et le terrible sentiment d’abandon.  Tout est mis en œuvre pour les aider à se reconstruire et à évoluer.  Aujourd’hui, grâce à l’aide de tous, ces enfants sont en droit de rêver à un meilleur futur.